Définition de la chiropraxie dans son dictionnaire officiel !

Un grand pas en avant pour la chiropraxie, l’académie de médecine intègre sa définition dans son dictionnaire officiel ! Elle rectifie par ailleurs la définition d’une manipuation vertébrale, la rendant spécifique à la chiropraxie :

liens vers les publications officielles : chiropraxiemanipulation vertébrale

chiropraxie n.f.

chiropractic

Méthode thérapeutique consistant en diverses manipulations manuelles sur les articulations, principalement la colonne vertébrale et se proposant de remédier à certaines affections de l’appareil locomoteur et parfois viscérales.

La chiropraxie a été proposée aux Etats Unis, presque à la même époque que l’ostéopathie, par Daniel David Palmer (1845-1913) qui imagina cette technique après avoir prétendument guéri un sourd par une simple manipulation vertébrale, et en avoir attribué l’effet à la correction d’une «subluxation vertébrale» responsable de la maladie. Suivant sa théorie, cette subluxation intervient en comprimant les nerfs; les fonctions chimiques et physiques de l’organisme humain sont contrôlées par l’énergie vitale transmise par le système nerveux; la correction des anomalies vertébrales permet de supprimer les interférences des courants nerveux et de rétablir dans les nerfs un courant électrique normal, nécessaire à la concentration des solutions tissulaires. Le côté spirituel est évoqué par Barlett Joshua Palmer: le corps humain est le temple de Dieu; chaque cellule cérébrale envoie son message par un câble, la fibre nerveuse, qui aboutit à un

récepteur, la cellule tissulaire. En fondant son école, Daniel D.Palmer insiste sur l’orientation scientifique qu’il souhaite lui donner notamment par l’étude approfondie de l’anatomie, ce que confirme le livre de Mabel H. Palmer. Au terme de leur formation, identique à celle que dispensent les écoles de médecine, mais avec l’application des théories de Palmer et l’interdiction de prescrire des médicaments, les étudiants ont le titre de docteur en chiropratique (CD). Certains y ajouteront PhD, après avoir passé une thèse d’université.

A partir des Etats Unis, l’ostéopathie et la chiropratique se sont considérablement développées en Europe, en commençant par l’Angleterre, avec une préférence du monde anglo-saxon pour les chiropraticiens, jugés plus scientifiques, alors que l’ostéopathie devenait de plus en plus populaire en France.

La première reconnaissance officielle de la chiropraxie intervient avec l’article 75 de la loi du 4 mars 2002: «L’usage professionnel du titre d’ostéopathe ou de chiropracteur est réservé aux personnes titulaires d’un diplôme sanctionnant une formation spécifique à l’ostéopathie ou à la chiropraxie délivrée par un établissement de formation agréé par le ministre chargé de la santé dans  des conditions fixées par décret».

Il faut attendre le décret du 7 janvier 2011 en application de la loi pour que soient précisés les actes et les conditions d’exercice de la chiropraxie:

-Article 1 – Les praticiens justifiant d’un titre de chiropracteur sont autorisés à pratiquer des actes de manipulation et mobilisation manuelles, instrumentales ou assistées mécaniquement, directes et indirectes, avec ou sans vecteur de force, ayant pour seul but de prévenir ou de remédier à des troubles de l’appareil locomoteur du corps humain et de leurs conséquences, en particulier au niveau du rachis, à l’exclusion des pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agents physiques. Ils exercent dans le respect des recommandations de bonnes pratiques établies par la Haute Autorité de santé.

Ces actes de manipulation et mobilisation sont neuro-musculo-squelettiques, exclusivement externes. Ils peuvent être complétés par des conseils ou des techniques non invasives conservatrices et non médicamenteuses à visée antalgique.

-Article 2 – il précise les conditions dans lesquelles un chiropracteur non médecin doit orienter son patient vers un médecin.

-Article 3 –

I – Le praticien justifiant d’un titre de chiropracteur ne peut effectuer les actes suivants: 1° manipulation gynéco-obstétricale – 2° touchers pelviens

II – Après un diagnostic établi par un médecin attestant

l’absence de contre-indication médicale à la chiropraxie, le praticien justifiant d’un titre de chiropracteur est habilité à effectuer les manipulations du crâne, de la face et du rachis chez le nourrisson de moins de six mois.

III – Les actes de manipulation du rachis cervical sont réalisés, par le praticien justifiant d’un titre de chiropracteur, sous réserve des restrictions prévues en annexe.

IV – Les dispositions prévues aux points I à III ci-dessus ne sont pas applicables aux médecins ni aux autres professionnels de santé lorsqu’ils sont habilités à réaliser ces actes dans le cadre de l’exercice de leur profession de santé et dans le respect des dispositions relatives à leur exercice professionnel.

-Les articles 4 à 16 précisent les conditions d’acquisition et d’usage du titre de chiropracteur tant pour les ressortissants français que pour les ressortissants d’un état membre de l’Union Européenne ou d’un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen.

Une annexe au décret du 7 janvier 2011 spécifie les circonstances dans lesquelles une manipulation ou une mobilisation cervicale ne doit pas être pratiquée en chiropraxie.

Le décret du 20 septembre 2011 « relatif à la formation des chiropracteurs et à l’agrément des établissements de formation en chiropraxie» et l’arrêté du 24 mars 2014 «relatif

aux dispenses d’enseignement susceptibles d’être accordées en vue de la préparation au diplôme permettant d’user du titre de chiropracteur», complètent cette réglementation.

chiropraticien, chiropracteur

Biblio. – Thérapies complémentaires – acupuncture, hypnose, ostéopathie, tai-chi – leur place parmi les ressources de soins – rapport 13-04 de D. Bontoux, D. Couturier, C-J. Menkès au nom d’un groupe de travail, devant l’Académie Nationale de Médecine le 5 mars 2013 – Bull.Acad. Natle Méd., 2013, 197,n°3, 717-757

Étym.  gr. kheir: main; praxis: action, mouvement

manipulation n.f.

manipulation

Manœuvre thérapeutique consistant à mobiliser passivement une articulation enraidie ou douloureuse.

En chiropraxie la manipulation consiste en un geste rapide du praticien appliquant à une articulation visée une impulsion de haute vélocité et de faible amplitude. Elle est délivrée en un point déterminé, aux caractéristiques (sens, direction, amplitude) parfois représentables par un vecteur et choisies en tenant compte de l’état articulaire. La manipulation a pour effet un mouvement articulaire passif, contrôlé, forcé, rapide, atteignant l’espace dit paraphysiologique.

Étym. lat. manipulus: poignée

manipulation vertébrale l.f.

vertebral manipulation

Technique manuelle de mobilisation accompagnée, mais non

brutale, de certaines articulations vertébrales, jusqu’à la limite de leur jeu naturel dans le traitement de certaines lombalgies et radiculites.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *